Gonzague Saint Bris

Gonzague Saint Bris

Les romans de Venise

Portrait 3'31

Nous sommes une famille de Tourangeaux pure rillettes de père et de mère. Mon père est propriétaire du clos Lucé, la demeure où Léonard De Vinci est mort et ma mère d’une famille d’éditeurs de Tours, qui a apporté le romantisme en France puisqu’elle a publié Madame de Staël de l’Allemagne, le fameux livre qui a lancé le romantisme en France. Ils ont également publié les premiers romans d’Honoré Balzac. J’ai vécu deux expériences très fortes dans ma petite enfance - « Les Vieillards de Brighton » - Mon père était diplomate à Londres. Un jour il m’a surpris dans la cuisine en train de taper la tête de mon frère aîné contre les carreaux. Le lendemain, il décide de m’emmener avec lui en voiture et nous arrivons en front de mer à Brighton devant un grand manoir gris. La bonne sœur me fait monter les escaliers qui sentent à la fois l’encaustique et l’urine et m’amène dans un grand dortoir. Elle me déshabille et elle me couche. Deux heures après, la double porte du dortoir s’ouvre avec fracas et entre un cortège de vieillards. Le lendemain matin quand je me réveille, je comprends que ce n’est pas un rêve, que ce n’est pas un cauchemar et là, je comprends que pour survivre je dois moi-même devenir un petit vieillard. C’est là que je suis devenu complètement barjot et c’est pourquoi je suis comme ça aujourd’hui.

Après Brighton, nous sommes revenus en France et le jour de mes treize ans, mon père me convoque dans la salle des gardes du Clos Lucé et il me dit maintenant que tu as 13 ans c’est l’âge de la majorité chez les rois de France, je t’autorise à partir d’aujourd’hui (et c’était mon cadeau d’anniversaire) à aller dormir dans la chambre de Léonard, ça te donnera des idées. J’ai été élevé dans les années 50. Il n’y avait pas de salut pour les jeunes qui n’étaient pas des techniciens. Donc, quand on était quelqu’un qui aimait la littérature comme moi, on n’avait pas vraiment d’avenir, sinon d’être professeur de lettres et au fond j’ai toujours été, comme j’étais un enfant solitaire, assez malheureux, à cause des vieillards de Brighton peut-être. En tout cas, j’ai pensé à me construire à travers la littérature et j’ai lu très tôt des centaines et des milliers de livres. J’étais de cette génération qui avait 20 ans en mai 68, Patrick Poivre d’Arvor, Frédérique Mitterrand, Brice Lalonde, nous avons fondé l’académie romantique. Un romantique est à la fois un chevalier, un poète, un voyageur, un amant, un amoureux. Le romantisme est exprimé dans toutes les disciplines : le théâtre, la poésie, la peinture. Moi j’ai toujours été à l’avant-garde des combats de la culture et de la communication et la dernière réalisation c’est La Forêt des Livres. Je donne donc rendez-vous dans une forêt de Touraine à 150 auteurs dans un village de 150 habitants pour signer leurs livres avec ADD bouquiniste, café littéraire en plein air. C’est un vrai succès populaire. J’ai toujours été passionné par la littérature et je ne savais pas où ça allait me mener mais je savais que c’était ma voie.

Nous sommes une famille de Tourangeaux pure rillettes de père et de mère. Mon père est propriétaire du clos Lucé, la demeure où Léonard De Vinci est mort et ma mère d’une famille d’éditeurs de Tours, qui a apporté le romantisme en France puisqu’elle a publié Madame de Staël de l’Allemagne, le fameux livre qui a lancé le romantisme en France. Ils ont également publié les premiers romans d’Honoré Balzac. J’ai vécu deux expériences très fortes dans ma petite enfance - « Les Vieillards de Brighton » - Mon père était diplomate à Londres. Un jour il m’a surpris dans la cuisine en train de taper la tête de mon frère aîné contre les carreaux. Le lendemain, il décide de m’emmener avec lui en voiture et nous arrivons en front de mer à Brighton devant un grand manoir gris. La bonne sœur me fait monter les escaliers qui sentent à la fois l’encaustique et l’urine et m’amène dans un grand dortoir. Elle me déshabille et elle me couche. Deux heures après, la double porte du dortoir s’ouvre avec fracas et entre un cortège de vieillards. Le lendemain matin quand je me réveille, je comprends que ce n’est pas un rêve, que ce n’est pas un cauchemar et là, je comprends que pour survivre je dois moi-même devenir un petit vieillard. C’est là que je suis devenu complètement barjot et c’est pourquoi je suis comme ça aujourd’hui.

Après Brighton, nous sommes revenus en France et le jour de mes treize ans, mon père me convoque dans la salle des gardes du Clos Lucé et il me dit maintenant que tu as 13 ans c’est l’âge de la majorité chez les rois de France, je t’autorise à partir d’aujourd’hui (et c’était mon cadeau d’anniversaire) à aller dormir dans la chambre de Léonard, ça te donnera des idées. J’ai été élevé dans les années 50. Il n’y avait pas de salut pour les jeunes qui n’étaient pas des techniciens. Donc, quand on était quelqu’un qui aimait la littérature comme moi, on n’avait pas vraiment d’avenir, sinon d’être professeur de lettres et au fond j’ai toujours été, comme j’étais un enfant solitaire, assez malheureux, à cause des vieillards de Brighton peut-être. En tout cas, j’ai pensé à me construire à travers la littérature et j’ai lu très tôt des centaines et des milliers de livres. J’étais de cette génération qui avait 20 ans en mai 68, Patrick Poivre d’Arvor, Frédérique Mitterrand, Brice Lalonde, nous avons fondé l’académie romantique. Un romantique est à la fois un chevalier, un poète, un voyageur, un amant, un amoureux. Le romantisme est exprimé dans toutes les disciplines : le théâtre, la poésie, la peinture. Moi j’ai toujours été à l’avant-garde des combats de la culture et de la communication et la dernière réalisation c’est La Forêt des Livres. Je donne donc rendez-vous dans une forêt de Touraine à 150 auteurs dans un village de 150 habitants pour signer leurs livres avec ADD bouquiniste, café littéraire en plein air. C’est un vrai succès populaire. J’ai toujours été passionné par la littérature et je ne savais pas où ça allait me mener mais je savais que c’était ma voie.

  • PRÉSENTATION
  • PORTRAIT
  • LE LIVRE
  • L'AVIS DU LIBRAIRE
  • Homme de lettres, de radio, de télévision, Gonzague Saint Bris est l’un des grands noms de la littérature française. Entre romans, biographies, essais, on lui doit une quarantaine d’ouvrages dont la sont des succès de librairie. Certains ont même été primés comme « Les vieillard de Brighton » en 2002, roman empreint d’autobiographie qui reçu le prix Interallié. Par son style, plein d’élégance et de raffinement, il a été surnommé le chef de file des Nouveaux Romantiques. De son enfance au Clos Lucé à Amboise...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Présentation - Suite
    Nous sommes une famille de Tourangeaux pure rillettes de père et de mère. Mon père est propriétaire du clos Lucé, la demeure où Léonard De Vinci est mort et ma mère d’une famille d’éditeurs de Tours, qui a apporté le romantisme en France puisqu’elle a publié Madame de Staël de l’Allemagne, le fameux livre qui a lancé le romantisme en France. Ils ont également publié les premiers romans d’Honoré Balzac. J’ai vécu deux expériences très fortes dans ma petite enfance - « Les Vieillards de Brighton » - Mon...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Portrait - Suite
    Philippe Chauveau : Gonzague Saint Bris merci de nous recevoir chez vous dans cette demeure chargée d’histoire. Comment travaillez-vous, êtes-vous quelqu’un de très organisé, comment vient votre inspiration? Gonzague Saint Bris : Au fond une biographie qu’est ce que c’est ? C’est l’histoire d’une vie. Alors, soit vous êtes ennuyeux pour ne pas dire un autre mot et vous dites il est né là, il a dormi là, il est mort là. Mais c’est long une vie. Lafayette a vécu 77 ans, orphelin et milliardaire à 14 ans, marié...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - Le livre - Suite
    Matthieu de Montchalin Librairie L'armitière Rue Jeanne d'arc 76000 Rouen 02 35 70 57 42 C'est un auteur qui a changé plusieurs fois d'image. Je dirais qu'il y a un dizaine d'années il apparaissait comme un grand mondain. En écrivant beaucoup sur les têtes couronnées et l'ambiance aristocratique on lui avait un peu affublé cette étiquette. Depuis quelques années cela a changé. D'abord il a montré à travers un certain nombre d'actions qu'il était vraiment passionné par le monde du livre et le monde des lettres. Il a créé...Déshabillons l'Histoire de France de Gonzague Saint Bris - L'avis du libraire - Suite